Bon, on vous rassure : si vous arrivez à lire ce message aujourd'hui, c'est qu'on est bien arrivés ! Epuisés, certes, mais contents de nos vacances et de retrouver notre maison. Bon, ça, c'est sans entrer dans les détails...

Pour faire bref, disons d'abord qu'au lieu de deux vols, nous en avons pris trois. Au lieu de passer par Paris, nous avons vu Nantes, Paris, et même Istanbul... De nuit, c'est vrai, mais nous y étions ! Au lieu d'être à Damas à 19h hier soir, nous y étions sur les coups de 2h du matin... Au lieu de rentrer avec nos 10 bagages, nous avons finalement monté tranquillement nos 52 marches jusqu'à la maison avec seulement nos 5 bagages à main, puisque nos bagages n'étaient pas dans l'avion. Et enfin, au lieu de trouver un nid douillet, nous avons retrouvé un appartement humide, des plafonds très abîmés dont la peinture et le plâtre tombent sur les lits, les jouets, le linge..., une porte d'entrée complètement fichue, une porte de salle de bains qui a travaillé et ne ferme plus, et même, comble du bonheur quand on arrive chez soi à 3h du matin, des draps à changer pour pouvoir dormir sans choper une pneumonie, tant ils sont humides... Pas mal tout ça, non ?

Pour entrer un peu plus dans les détails, les ennuis de la journée sont dus à l'annulation pure et simple de notre premier vol, Rennes-Paris. A notre arrivée à l'aéroport il était annoncé avec du retard, et déjà nous savions que nous ne pourrions pas avoir notre second vol pour Damas à 13h30 ; on devait par contre pouvoir attraper un vol Paris-Chypre puis Chypre-Damas ; mais ensuite le vol pour Paris a carrément été annulé, ce qui ne nous permettait plus d'attraper le vol pour Chypre. Il a donc fallu trouver une autre solution, et pas seulement pour nous mais aussi pour tous les autres passagers. Pour nous, ce fut donc de prendre trois vols : Nantes-Paris par Air France, et Paris-Istanbul et Istanbul-Damas par Turkish Airlines. Nous étions une vingtaine de personnes à monter dans un car affrété spécialement pour nous, pour nous rendre jusqu'à l'aéroport de Nantes, dont une maman seule avec ses 4 enfants et qui allait jusqu'à Mexico... Nous avons pu discuter un peu, j'ai lu une histoire aux enfants... Inutile de vous dire que les filles étaient fatiguées, bien sûr. Amélie, qui est angoissée par l'avion, a pas mal pleuré à l'idée d'en prendre trois au lieu de deux ; elle a écouté attentivement toutes les instructions des hôtesses, bien repéré où étaient les sorties de secours, épluché les petites brochures montrant les toboggans et les gilets de sauvetage... Hum ! La prochaine fois on essaiera de lui faire faire une cure d'homéopathie avant de voyager. Erell, elle, était totalement survoltée, nous n'avons pas pu la tenir calme de toute la journée, jusqu'à ce qu'elle s'endorme avant le décollage sur la piste de l'aéroport d'Istanbul ; c'était extrêmement éprouvant, cette journée, autant physiquement que nerveusement. Yuna est tombée dans Harry Potter et risque d'y passer encore de longues heures, elle a été super calme toute la journée et nous a bien aidés à porter les sacs. Mais passer toutes ces heures en vol ou en transit dans les aéroports, passer les contrôles des passeports, les contrôles des bagages, enlever les vestes, vider ses poches (et même enlever chaussures et ceinture pour Olivier !), tout déposer dans des corbeilles, tout récupérer ensuite... tout cela en courant après notre petite de trois ans complètement incontrôlable... Bref, c'était juste E-PUI-SANT !!!

Concernant nos bagages, il semblerait qu'ils arrivent par un vol tard ce soir à l'aéroport de Damas, nous irons les récupérer demain. Nous avons de la chance : un ado du lycée français n'a pas récupéré ses bagages depuis son vol aller pour la France il y a trois semaines... Vêtements, cours et manuels scolaires dans la nature... Oui, dans notre malheur on a quand même de la chance, sans doute.

Aujourd'hui c'était donc repos, quelques petites courses dans l'après-midi (racheter des brosses à dents, par exemple...), retrouvailles avec quelques amis, et puis on a aussi pris le temps d'offrir aux filles ce que le Père Noël leur avait apporté à Damas : des accessoires pour se déguiser, boas en plumes, foulards à paillettes... Vous en verrez peut-être quelques photos un peu plus tard mais il faudra attendre, on a manifestement oublié le chargeur de notre appareil photo en France.

Bon, dans tout ça je ne vous ai pas encore dit que nous avons été contents de revoir quelques-uns d'entre vous, frustrés aussi de ne pas en avoir vu d'autres, ou que les retrouvailles aient été trop brèves. On espère pouvoir passer davantage de temps avec vous l'été prochain !

D'autres nouvelles et photos peut-être demain ou dans la semaine, maintenant c'est dodo, demain matin on se lève à 6h30 pour l'école. On reprend le rythme !